« L'expression la plus simple du nationalisme est la défense de la Terre et du Sang.
Quel homme digne de ce nom ne défendrait pas sa famille ni son habitat ?
Alors le nationalisme étend cette vision de la famille à son peuple et celui de son habitat à sa nation ! »

jeudi 15 octobre 2015

Bernard Lugan - 2017 : le Califat du Ponant, fédérant la Libye et l’Algérie, déclenche l'opération Prophète des mers


Celle (Allemagne) : les migrants descendent dans les rues 
en scandant «Allah Akbar» avec des masques et des bâtons

En 2017, la Libye et l'Algérie sont passées sous le contrôle de Daesh qui en a fait le Califat du Ponant. Profitant du désarmement moral des Européens, les islamistes décident de l'envoi, par vagues successives, de 4 millions de migrants vers l’Europe et plus spécifiquement vers la France, nouveau dâr al-harb[1]. A bord de certaines embarcations, ont pris place des kamikazes chargés de couler les navires portant secours aux forceurs de frontières et cela, afin de déstabiliser encore davantage l'ennemi. L'opération est baptisée Prophète des mers.

Face à cette guerre navale asymétrique, les rares frégates ultra-sophistiquées de la marine française, taillées pour la lutte de haute mer, sont débordées. A l’inverse les navires garde-côtes qui auraient dû être construits depuis longtemps afin de sécuriser les frontières maritimes, manquent cruellement. Faute de prise en compte par les autorités politiques des enjeux stratégiques vitaux que constitue la frontière maritime méditerranéenne, la marine française est impuissante.

Au sud, harcelé le long d'un front ouvert depuis la Mauritanie à l'ouest jusqu'au Soudan à l'est, le dispositif Barkhane s'est replié sur le Burkina Faso afin de protéger la Côte d'Ivoire. Quant aux dernières réserves opérationnelles françaises disponibles après des années de déflation des effectifs, elles ont été positionnées autour de N'Djamena afin de couvrir le Cameroun. Boko Haram, un moment affaibli, a en effet refait ses forces grâce à des cadres venus de Libye, d'Algérie mais aussi de Syrie.

En France même, alors que se déroule la campagne présidentielle, plusieurs banlieues se sont soulevées à la suite de contrôles d'identité ayant dégénéré. En raison de la dissolution de plusieurs escadrons de gendarmes mobiles opérée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les forces de l'ordre qui n'ont pas les effectifs suffisants pour intervenir doivent se contenter de boucler les périmètres insurgés. Les associations d'aide aux migrants dénoncent l' "amalgame" et leurs mots d'ordre sont abondamment relayés par les médias. Vingt cinq mille réservistes de la gendarmerie sont rappelés cependant qu’ un peu partout, face à la passivité de l'Etat, se constituent clandestinement des groupes de résistants prêts à passer à l'action. La France est au bord de la guerre civile.

Comment en est-on arrivé là ? Entre 2011 et 2017, conduite au chaos par l'intervention franco-otanienne, la Libye est passée de la plus totale anarchie au califat, Daesh ayant réussi à y engerber les milices. Quant au général Haftar, sur lequel la "communauté internationale" comptait pour constituer une troisième force, il n'a pas pesé lourd face aux jihadistes. Impuissante, l'Egypte s'est illusoirement retranchée derrière un mur électronique cependant que, quotidiennement, des attentats y entretiennent un climat de guerre civile. Quant à la Tunisie, une artificielle quiétude y règne car les jihadistes qui ont besoin d'un pays-relais, se gardent de trop y tendre la situation, se contentant d'y maintenir une pression calculée. Après plus d'un demi-siècle de gabegie, de détournements de fonds publics, de népotisme et de récriminations à l'égard de l'ancienne puissance coloniale, l'Algérie, cible principale des islamistes de toutes obédiences depuis la décennie 1990, a, quant à elle, basculé dans l'islamisme à la suite d'émeutes urbaines déclenchées par l'effondrement de la rente pétrolière.

Tel est le scénario auquel nous pourrions nous attendre à la veille de l'élection présidentielle française. Avec une Marine sans moyens, mais en première ligne face à la déferlante venue du sud, une Armée de terre aux effectifs rognés et isolée sur le rideau défensif sahélien et une Gendarmerie démotivée en raison de son alignement sur le modèle policier.

Bernard Lugan

[1] Pays des infidèles contre lequel les musulmans sont en guerre jusqu'à la conversion de ces derniers.

Source : Bernard Lugan

2 commentaires:

  1. Salut Franck,

    Donc si j'ai bien compris, selon le sieur Lugan il ne resterait que deux ans a vivre...Lugan est devenu un oracle? pauvre bonhomme qu'il est... Comme je le dis souvent il devrait s'occuper de ce qu'il connait parfaitement, c'est a dire les peuples noirs et l’Afrique noire, et a la limite le prétendu royaume du Maroc.

    Di Daeh veut vivre, il sait parfaitement qu'il doit se tenir éloigné de l'Algérie. Les gens de Daesh ne sont pas des cons, ils conaissent l'Algérie, ils y a des algériens parmi eux, pas bcp mais il y en a. Et si ils sont sincères ils ont du leur dire, à leur commandant en chef, que les algériens ne sont pas les syriens... ne sont pas les aplaventristes arabes de mes deux. Les algériens sont des hommes libres, qui aiment leur liberté, leur souveraineté , leur Islam bien à eux, leurs habitude et leur humour, leur femmes et même leur vin! Et que si on leur enlève ça, ils deviennet violents, meurtiers, plus terroristes que les terroristes.

    Quand nos glorieux parachutistes attrapent un terroriste, celui c sait par avance qu'il n'aura guère connu de plus grande souffrance avant celle qu'il s’apprête a recevoir avant sa mort (et avant de souffrir dans la Géhenne enflammée )

    Lugan se trompe sur plusieurs points dans sa comique prophétie :

    -Le peuple algérien est farouchement nationaliste et raciste- de ma part c'est un compliment- il ne voudras jamais subir le pouvoir d'un irakien.
    -Les terroristes islamistes algériens sont aussi CONTRE Daesh, ce qui fait que même là c'est pas gagné.
    -La Lybie est LOIN d'être acquise a Daesh, avec les tribus guerrière de Zenten, y compris les islamistes locaux dont une partie est opposée a Daesh.
    -L'Armée Algérienne n'est pas une armée réputée pour son humanisme- comprenne qui pourra (les syriens sont des enfants de cœur a coté-
    -Et dernier point mon cher Franck, c'est que Lugan travaille depuis plus d'une décennie pour le Maroc, et ce malgré sa faible capacité de nuisance. N'as tu pas remarqué qu'il n'y a pas une ligne sur le Maroc...Tu parles de politique fiction, ce papelard es un tas de fiente écrit pompeusement et surtout sans tenir en compte d'aucun paramètre "local" .

    C'est facile d'écrire et de gamberger sur l'avenir de l'Afrique du nord quand on est le cul planqué dans une belle villa française.

    La rance a besoin de nationalistes, d'un renversement de pouvoir au bénéfice de nationalistes aguerris. Elle a besoin d'un contingent Azov et non d'un simple bataillon. C'est ni Lugan, ni cette pute à youtre de Marine qui sauveront la France.

    Bien à toi,

    PS: par ailleurs, si les Lugan et les Marine voulait éviter cela, il faut qu'ils arrêtent de critiquer la seule armée capable de briser ce tas de fumier barbu- en fait ils faudrait qu'ils se la ferment, ce sont des ennemis de l'Europe aryenne de toute façon.

    RépondreSupprimer
  2. PS: désole pour les fautes,j'ai écris ce message sans me relire et, surtout, "un tantinet" fatigué. :-)

    RépondreSupprimer